Des CCTP, des plans et encore des plans

Toutes les études (ANC, RT2012, sol) étant réalisées, le plan de l’architecte agréé – après de multiples échanges – la phase appel d’offres et devis commence. Elle repose sur des Cahier des Charges des Clauses Techniques (CCTP) par lot. 12 au total : terrassement, gros œuvre, toiture, étanchéité, menuiseries extérieures, menuiseries intérieures, cloisons sèches, électricité, plomberie, chauffage, peinture, carrelage. Pour le maître d’œuvre, nous devions surtout nous concentrer sur le « bon à choix » qui serait envoyé aux artisans en annexe.

Extrait CCTP ossature bois, description technique des parois

En gros, on pouvait se contenter de l’esthétique : modèle de carrelage, modèle de porte, modèle d’escalier, modèle de meubles pour les sanitaires, etc.

Mais, nous sommes allés beaucoup plus loin. Nous avons étudié les CCTP dans leur détail, ce qui a nécessité d’éplucher les sites internet pour comprendre le vocabulaire, les techniques employées, les raisons des choix. Des lectures qui incluaient certains DTU (les normes applicables au bâtiment). Des lectures qui semblent assommantes (et certaines l’étaient, surtout pour la partie gros œuvre), mais très utiles. Elles nous permettent d’échanger plus facilement avec les artisans.

Ayant vécu en Allemagne, certains nous interpellaient et nous discutions des différences avec le maître d’œuvre.

Des exemples simples :

  • L’épaisseur des cloisons : le plus souvent à 7 cm en France, et à 12/15 cm en Allemagne. Nous avons opté pour un compromis : 10 cm.
  • Les tuyaux d’évacuation : en PVC, associé par collage ; en polypropylène en Allemagne par emboîtage. En fait, la technique française existait auparavant en Allemagne (et aussi en Belgique) et a été abandonnée depuis des années dans ces pays. Pourquoi ? Elle est considérée comme peu fiable (fuites) et fastidieuse (il faut d’abord monter le réseau à sec avant de le coller, la moindre erreur nécessite de tout recommencer). Malheureusement, après de multiples recherches avec un artisan, la disponibilité de tuyaux en polypropylène est difficile en France et très coûteuse. Nous avons dû nous résigner à passer en PVC.
  • Le diamètre des tuyaux d’évacuation : en France, le plus souvent, on a le 32 cm (lavabos), et le 40 cm (douche, baignoire, cuisine) et 100 cm pour les WC. En Allemagne, il faut ajouter 10 cm (hormis les WC). Ici, nous avons imposé la norme allemande pour une meilleure évacuation. Ceci explique aussi une épaisseur supérieure des cloisons en Allemagne.

Revoir les CCTP fut une bonne chose. En dehors de connaître chaque spécificité de notre future maison, nous avons pu relever la moindre erreur et les faire corriger. Cela a créé des réunions dures avec l’architecte, nous le reconnaissons, mais l’économiste à qui était sous-traité cette phase a été négligent. Il copiait-collait des textes d’autres projets, ne tenait pas compte de nos remarques, oubliait des points et n’était pas conforme aux plans de la maison.

Des mois (décembre 2021 à avril 2022) difficiles à vivre, mais nous avons persévéré et les CCTP ont enfin été de qualité suffisante pour lancer les appels d’offres.

En parallèle, nous avons établi des plans détaillés de la disposition du carrelage et des faïences (en raison de mélange de couleur), ainsi que ceux des éclairages pour chaque pièce (y compris l’emplacement de chaque prise électrique, point lumineux, etc..). Lesquels ont été envoyés aussi aux artisans. Un énorme travail, qui nous a tenus éloignés de la mise à jour du site, mais qui a eu l’effet escompté : des devis précis sur lesquels discuter.

Schéma éclairage du hall d'entrée
Plan éclairage hall

Notre meilleur conseil : n’hésitez pas à remonter les manches et à plonger dans les dossiers techniques. Établissez tous vos choix, et vos propres plans maintenant. La tâche vous paraîtra plus ou moins fastidieuse, mais le résultat vous facilitera la vie pour les phases suivantes et vous y gagnerez un temps précieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.