Un coup dans l’eau !

Si l’on pense à l’emplacement du terrain tant pour son aspect pratique (accès, écoles, commerces…) qu’esthétique (arboré…), on oublie souvent de bien se renseigner sur les contraintes liées à la construction. Il y a le Plan d’Urbanisme bien entendu. Disponible en mairie, il est facile de s’y référer. Mais une autre obligation peut exister ; souvent cachée, ou minimisée, par l’agence/le vendeur.

Les architectes des Bâtiments de France ! Dépendant du ministère de la Culture, son rôle est de « protéger, entretenir et restaurer le patrimoine ». En résumé, ils ont tout pouvoir sur l’esthétique de votre future construction dans les zones où la conformité est applicable (près des monuments historiques, zones protégées…).

Nous en avons fait la désagréable expérience avec notre premier terrain : les ABF nous ont imposé une forme précise de la maison (rectangulaire, avec largeur égale à 25% de la longueur, couleurs, disposition verticale du bardage en bois…). Notre maître d’œuvre avait tenté de les contacter avant le dépôt de permis, sans succès. Il a fallu le déposer, attendre le délai maximum, avec une mairie qui a joué la carte du temps. Nouvelle pièce : délai renouvelé !

Résultat : nous avons jeté l’éponge sur ce terrain à la suite d’un refus, d’une impossibilité de rencontrer les ABF pour comprendre ce qui pouvait ou ne pouvait pas passer. Nous avions perdu 5 mois et ne voyions pas le bout du tunnel. Tout s’est bien terminé heureusement (si on ne considère pas le délai) avec notre architecte, le vendeur et… l’agence (une fois qu’on lui a tiré l’oreille, car elle connaissait le souci).

Un coup dans l’eau donc de janvier à mai 2021.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.